2016/2017

Depuis la fondation de l’association fin septembre 2016, 7 structures partenaires ont mis en place le dispositif dans 9 villes, dont une en Afrique, avec 8 auteur.rice.s et comédien.ne.s et 23 familles.

La Garance, scène nationale de Cavaillon (Cavaillon)
Estelle Savasta, 3 familles en octobre 2016
Catherine Verlaguet, 4 familles en septembre 2017

« Le théâtre pour la famille, le théâtre en famille, la pratique du théâtre en famille… La famille est depuis longtemps l’un des axes prépondérants dans la politique culturelle de La Garance. Le projet « Lire et dire le théâtre en famille » en est un exemple : la rencontre entre un auteur et des habitants parfois éloignés de notre activité, autour d’un texte du répertoire du théâtre jeune public. »

Le Tarmac (Paris)
Martin Bellemare, 2 familles en février 2017
Festival Petits et Grands (Nantes)
Martin Bellemare, Camille Blouet et Penda Diouf, 5 familles en avril 2017

Agathe, 7 ans ½ : « J’ai aimé la lecture de « En voiture Simone ». C’était trop bien. J’ai très envie de recommencer. »

Mathilde, 9 ans : « Ce que j’ai préféré, c’est quand on a joué les 2 pièces. J’ai bien aimé faire le petit chaperon rouge et le brancardier. J’ai trouvé que c’était rigolo et que c’était bien. J’ai même lu un petit passage pour mon exposé de lecture à l’école, et on a fait comme dans la pièce. J’ai très envie de recommencer. »

Eric, le papa : « Le concept est plutôt sympathique de vouloir faire des lectures en famille ! »

Elisabeth, la maman : « Ce fut une très belle aventure familiale. Cette activité culturelle a permis de se poser en famille, de prendre le temps, et de partager un moment fait de joie et de plaisir. Luc Tartar était parfait pour intégrer cette famille: patient, gentil, à l’écoute, souriant, entraînant et supportant les aléas de la famille nombreuse…Je crois que presque tout le monde est partant si une nouvelle aventure nous était proposée… Cette aventure a également permis de mettre en valeur une de nos filles qui reste très souvent en retrait, et qui manque de confiance en elle. Agathe a su s’ouvrir, a su se faire confiance et a osé prendre le risque de lire face à un public. »

Centre André Malraux (Hazebrouck)
Luc Tartar, 3 familles en avril 2017

Cyril, 8 ans : « J’ai beaucoup aimé. Surtout que grâce aux répétitions on a pu se retrouver en famille pour parler  des textes. Et lors de la restitution, on a fait se rencontrer des gens qui ne se connaissait pas. J’ai été vraiment très fier ce jour-là. »

Sophie, la mère : « J’ai été fière de la prestation de mes fils et de la décontraction du plus jeune, j’ai été étonnée que nos invités nous félicitent autant et avouent avoir été émus, j’ai envie de refaire cette lecture pour notre famille qui habite loin. »

Jérôme, le père : « J’ai aimé ce projet « de famille » clé en main : les échanges en famille et avec l’auteur sur le texte, sur les manières de l’interpréter. J’ai apprécié qu’il soit positif sur nos propositions, sur nos actions. J’ai aimé tous les préparatifs et l’excitation de la représentation. J’ai aimé aussi la prolongation de l’après-midi autour d’un jeu. »

L’Univers des mots (Conakry, Guinée)
Martin Bellemare, 1 famille en avril 2017
Edouard Elvis Bvouma, 1 famille en novembre 2017

« Ce que je trouve bien dans cette activité, c’est de rencontrer les gens sur la durée. Les voir trois fois. Et que ce soit eux qui fassent. En réalité l’auteur encadre l’activité, et plus l’activité évolue, moins il a à intervenir. À la restitution il est spectateur. » Martin Bellemare

Théâtre du Pays de Morlaix (Morlaix)
Sylvain Levey, 1 famille en mai 2017

« Ce fut une expérience très forte pour cette famille composée des parents et de trois enfants, deux garçons de 10 et 15 ans et une fille de 13 ans. Nous avons décidé de lire tout le texte et de faire une vraie mise en espace dans leur salon qui s’y prêtait bien. Ce qui a fait la valeur ajoutée du projet, c’est que le garçon à la valise de Mike Kenny est programmé cette année au théâtre de Morlaix. La famille était la première à réserver les places et ils attendent ce moment avec joie car ils connaissent bien le texte. Il y avait une vingtaine de personnes, je pense, à la lecture qui a été très bien reçue et commentée. (…) En tout cas, belle expérience ! Même si bien sûr cette famille, habituée du théâtre de Morlaix, était une famille convaincue de l’importance de tout ça, cette expérience leur a permis de comprendre encore mieux les enjeux de nos métiers et parmi les spectateurs par contre, peu de gens avaient une connaissance du théâtre et ils sont repartis plein d’envies ! » Sylvain Levey

Théâtre Paul Eluard (Choisy-le-Roi)
Penda Diouf, 5 familles en 2017